Démarche environnementale

Virgule-rose.png
Virgule-rose.png

La biodiversité

L’aérodrome est un domaine public particulier, qui bénéficie d’arguments forts en faveur de la préservation de la biodiversité. L’aérodrome de Bourg-en-Bresse est implanté sur une zone de 83 hectares dont 75 hectares composés de zones verte : Bois, prés, taillis et buissons. En bordure de l’autoroute A40 l’aérodrome est un refuge pour de nombreuses espèces animales et végétales. Ainsi nous pouvons profiter d’une démarche nationale du STAC (Service Technique de l’Aviation Civile) qui a lancé un programme de sensibilisation sur la biodiversité et des actions précises à mettre en œuvre sur les aérodromes. La gestion des espaces verts mise en place par Gémilis Aéro est ainsi conforme aux recommandations du STAC.

Projets pour la concession

  • Faire un état des lieux de la faune et de la flore.

  • Rédaction et mise en œuvre d’un plan de gestion écoresponsable des zones verte.

  • Création d’habitats tel que Cairn

  • Installation de ruches

  • Implication des usagers basés sur l’intérêt de la préservation.

  • Implication des acteurs de l’éducation et des associations des communes riveraines (école, club sportif, club photo etc.)

Nous comptons que l’aérodrome soit à l’image de la ville de Bourg-en-Bresse signataire de la déclaration d’Edimbourg que nous approuvons dans son ensemble. Notre objectif est que l’aérodrome soit une vitrine pour la ville, l’exemple d’une gestion moderne, écoresponsable et participative en faveur de la biodiversité.

Bande-2.png

Economies d'Energie

A ce jour 600m2 de surface photovoltaïque sont en production depuis 2011 avec plus de 35MWh produit et plus de 18 tonnes de réduction CO2. Nous serons toujours favorables à l’émergence de projets en lien avec les économies d’Energie ou de production d’Energie renouvelable tant qu’ils ne modifient pas la destination première de l’aérodrome. 

La prise en compte et le traitement des nuisances liées aux activités aériennes :

L’aérodrome de Bourg en Bresse bénéficie d’un Plan d’Exposition au Bruit (PEB) qui le protège de l’expansion urbaine aux abords immédiats de l’aérodrome. Ce PEB est un outil administratif.  Nous avons toujours considéré la nuisance comme une réalité pour les riverains, et nous devons les traiter dans les délais les plus court et avec neutralité. 

Grâce à la gestion au quotidien des activités aériennes et la prise en compte immédiate des plaintes de riverains, l’aérodrome est très peu mis en cause dans les nuisances, pour autant il persiste quelques plaintes récurrentes de riverains qu’il nous faut traiter de manière régulière. 

Notre méthode de gestion des plaintes :

Pour chaque plainte enregistrée : Appel téléphonique ou formalisation d’un mail ou d’un courrier

  • Prise en compte immédiate de la plainte et évitement de la nuisance par intervention radio auprès de l’aéronef concerné. 

  • Analyse de la plainte et du cadre règlementaire

  • Explication du cadre réglementaire et des trajectoires de vols auprès du plaignant.

  • Proposition d’évolution auprès du plaignant

  • Rappel à l’ordre du pilote s’il existe une erreur ou une faute dans la pratique

  • Référencement de la plainte sur la base de données de l’aérodrome

Nous rappelons que dans le cadre réglementaire, le vol est un droit réel et que les trajectoires des aéronefs dans le cadre des atterrissages et décollages ne sont pas soumis aux règles de survols des habitations (trajectoire d’approche et de montée initiale)

Nos actions et capacités à limiter la nuisance :

L’aérodrome de Bourg en Bresse est ouvert à la circulation aérienne publique, nous n’avons donc une capacité de contrôle limitée sur les mouvements des aéronefs extérieurs qui sont en escale sur l’aérodrome. Mais nous pouvons préciser les conditions d’accueil sur la carte VAC, les trajectoires préférentielles afin d’éviter le survol des zones sensibles.

  • La mise à jour de la publication aéronautique prend systématiquement en comptes les nuisances des aéronefs.

  • Les usagers basés sont sensibilisés aux nuisances dans le cadre de la Commission Sécurité environnement (2 réunions annuelle)

  • Les exploitants extérieurs sont contraints par des protocoles d’activités qui prends en compte la nuisance (parachutisme, voltige, démonstration etc…)

  • Des réunions d’informations sont organisées auprès des communes riveraines.

AdobeStock_298252051.jpeg